Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 
Guilde Le Clan du Soleil
Modifier cette guilde (soumis à validation)
Informations Générales :
JeuWakfu
ServeurTiva
RoyaumeAucun
AllianceAucune
FactionAucune
Site webhttp://leclandusoleil.dofux.org/Index.html
Forumhttp://leclandusoleil.bbfr.net/forum.htm
LeaderSamus
ContactsAucun
FondateursSamus

Devise :
Tirelipinpon sur le Chiwawa!

Recrutement :
Cette guilde recrute !

Activités de la guilde :
"Combat entre joueurs (PvP)"
Combat contre des monstres (PvE)
Artisanat et commerce
Roleplay


Description & Charte :


La redecouverte du Culte Solaire

Notes pour le lecteur: Le texte qui va suivre est un extrait du journal d'expédition de Samus, écrit avant la création du nouveau clan. Il explique les découvertes faites pour aboutir à sa création. Ce texte n'est pas dans son écriture originale, il a été traduit du iop à l'amaknéen basique (sans les fautes et les ratures extrêmement nombreuses de la iopette Samus). Merci aux traducteurs survivants pour leur extraordinaire boulot et nous tenons à rendre hommage aux quelques victimes de ruptures d'anévrismes (soit la moitié de l'équipe de traduction décédée et un quart dans un coma cérébral).

Journal d'exploration de Samus


17 fraouctor 1638 – Ruines d'Astrub-


Aujourd'hui nous sommes revenus à Astrub. Cette ancienne cité, actuellement en ruine, était un grand centre économique de la région avant le grand cataclysme. Il ne reste plus grand chose qui témoigne de sa splendeur passée hormis les vestiges des murailles. Aujourd'hui les descendant des survivants tentent de reconstruire. Les temples dédiés aux douze dieux principaux ont été rebâtit ainsi que diverses habitations et ateliers. Par rapport à ce qu'avait dû être cette ville autrefois, ce n'est qu'une ombre.

Mon groupe, et moi même avons monté un campement là où, d'après les rares archives, se trouvait la banque. Jekozzip creuse depuis une heure à la recherche d'une quelconque richesse mais il n'est tombé que sur des vieux os et étoffes d'animaux. A croire que nos ancêtres stockaient n'importe quoi dans leurs coffres. Il y a même des rumeurs comme quoi la nuit, des fantômes de familiers lâchement abandonnés dans la banque réapparaitraient. Une iopette ne connaissant pas la peur, contrairement aux iop -suivez mon regard fixant Jekozzip tremblotant- j'ai fait fi de ce conte pour effrayer les jeunes fecas et j'ai décidé qu'on passerai la nuit ici. Demain, nous commencerons les recherches.

18 fraouctor 1638 –Entrée de la mine (Astrub)-


Nous sommes tous en quête de notre passé. Bien que de nombreuses théories fusent, nous aimerions avoir une réelle explication sur le « pourquoi » du cataclysme. Ne serait ce qu'au sein de notre groupe d'explorateurs, les opinions divergent. Mais nous avons tous des buts communs, ne serait ce qu'en apprendre plus sur nos ancêtres. Peu de choses subsistent d'avant le cataclysme et peu de savoir à su rester malgré les témoignages des rares survivants.
Notre groupe s'est constitué au fil du temps et de nos voyages. Je ne peux me l'expliquer mais j'ai pris naturellement la tête de cette expédition. Je dois tenir cela de mes ancêtres. J'ai guidé le groupe sur ces terres et finalement nous sommes revenus à notre point de départ, comme poussée par une intuition. Au fond de moi, je suis persuadée qu'ici se trouve notre berceau et que nous trouverons de nombreuses réponses.

Nous voici devant la nouvelle mine d'Astrub. Les mineurs ont trouvé des vestiges ensevelis ainsi qu'un ancien réseau de tunnels apparemment exploités il y a fort longtemps... Après une rapide concertation ce matin au réveil, nous avons décidé de les explorer. Un vieil enutrof -qui a dit pléonasme?- nous en a fortement déconseillé car les grottes ne sont pas stables. Néanmoins, nous ne voulons pas reculer. Après un bâillement bruyant de Jekozzip qui n'a pas réussit à fermer l'œil de la nuit, nous nous aventurons dans la cavité, armés de torches.

19 fraouctor 1638 –Quelque part dans les mines-

Cela fait des heures que nous marchons dans l'humidité. Nos rations et nos réserves de torches diminuent rapidement. A la surface, une nuit à dû passer. Nous faisons une pause en essayant de nous repérer. Shazya était chargée de faire le plan, mais, s'emmêlant régulièrement les pinceaux, elle perdit vite le Nord et gribouilla une série de traits indéchiffrables. Après une réflexion machiste de Jekozzip laissant comprendre qu'on ne devrait jamais confier une carte à une femme, suivit d'une rouste collective de la gente féminine, nous reprenons notre route et tentons de faire demi-tour.


20 fraouctor 1638 –Autre part dans les mines-

Malgré le fait que nous soyons totalement perdus, qu'il nous reste plus que deux torches et que nous n'avons plus de nourriture, les membres du groupe restent soudés. Je craignais qu’ils ne me reprochent de les avoir menés à leur perte mais s'ils le pensent, ils le cachent bien. Ils me donnent l'impression d'avoir une totale confiance en moi et ça me fait vraiment plaisir. Je dois les sortir de là et ne pas baisser les bras. Impossible n'est pas Iop après tout!

Alors que j'écrivais les lignes précédentes, nous sommes arrivés devant un escalier sinueux. Comme nous n'avons plus rien à perdre, nous nous y engageons. La montée parait longue, mais si nous montons, c'est que nous allons vers la surface. Cette pensée nous donne un regain d'énergie.

Nous arrivons enfin en haut et nous sommes bloqués par deux portes massives en pierre sur lesquelles est gravé un magnifique soleil. Malgré tous les efforts des membres du groupe pour les pousser, elles ne bougent pas d'un poil.

Ô joie, quelle bonheur de sentir cette chaleur et cette lumière sur mon visage. Après un élan d'inspiration, j'ai sortit le médaillon en forme de soleil qui se transmet depuis des centaines de générations dans ma famille et l'ai emboité dans la porte. Il entrait parfaitement dans un petit interstice et les battants se sont ouverts sur une vision somptueuse. Devant nous se trouve une sorte de grand temple. La voute, supporté par des colonnes de pierre blanche, couvre une grande salle ornée d'or et de voilures d'une grande qualité. Au centre, sous un rayon de lumière provenant du plafond, une enorme statue de iopette souriante lève le bras vers le ciel.
Des sièges et des coussins accueillent les postérieurs de mes compagnons pour leur plus grand bonheur.
Ce lieu est baigné de la lumière du jour par un astucieux jeu de miroir et il y règne une douce température qui réchauffe nos corps après cette escapade dans le froid, l'obscurité et l'humidité. Comble du bonheur, des arbres fruitiers biens chargés poussent aux extrémités de la salle.
Alors que le groupe affamé s'offre un repas copieux, j'examine les fresques murales. Partout le soleil est présent mais ce qui attire mon regard et me surprend, ce sont les représentations d'une iopette portant les mêmes couleurs que moi, de la tête au pied. Sur l'une d'elle, on la voit en train de combattre une grande créature à fourrure bleue, aidée par une foule d'autres personnages, sur une autre, on la voit en train d'embrasser une magnifique sacrieuse -qui au passage ressemble fortement à Shazya-, et encore sur d'autres elle frappe des petites créatures momifiées -des xelors ?- elle est assise sur un trône, elle est dans un lit mais pas seule apparemment.
Plus j'examine ces fresques, plus je me reconnais dans ce personnage.

Mon ventre gargouillant, je décide d'aller manger avec les autres, nous examinerons ce lieu extraordinaire après.


21 fraouctor 1638 –Temple du Soleil-

Nous allons de découvertes en découvertes, c'est tout à fait stupéfiant! Nous avons examiné pendant des heures les fresques et toutes les personnes présentes ont trouvés des images familières. Plus nous les interprétons plus notre conviction d'avoir découvert une mine d'informations sur nos propres ancêtres se fait grande. Je suis personnellement convaincue que cette iopette tant de fois représenté est la déesse dont ma famille descend. Il est de coutume dans ma famille de porter ces vêtements et de vouer un culte au soleil. Bien qu'avec le temps, nous avions perdu les origines de ces vieilles traditions.

Cela fait plus de 24 heures que personne n'a dormis, pourtant l'excitation de cette découverte est toujours à son comble et personne ne ressent de fatigue -Hormis Jekozzip qui ronfle bruyamment, affalé confortablement sur des coussins-
Je suis en train d'examiner le mur opposé à la grande porte, il me parait étrange et la disposition des pierres qui le composent laissent penser qu'un mécanisme pourrait l'ouvrir. Un énorme soleil en or massif trône fièrement dessus. Il n'a à priori qu'un but purement décoratif. Sur le coté, encastré dans le mur, j'aperçois un écriteau en bois sur lequel il est écrit :
« Le soleil n'ouvrira sa porte qu'a ceux répondant correctement à ces trois énigmes

Ne pas en être une s'approche du Iop; Elle a sa vitesse et sa nature et parfois, on a besoin des vôtres... Qui est elle?

Il faut en donner pour ne pas le perdre et en redonner à chaque combat. Pour entreprendre, il en faut bien, et pour le prendre il faut deux mains...

Il nous accompagne dès le premier jour, et nous reçoit tous les jours... Samus autrefois y faisait plus d'un tour! »


Je suis stupéfaite de trouver mon nom inscrit. Cela fait trop de coïncidences. Il faut à tout prix que j'ouvre cette porte. Je suis sûre que mon passé se trouve derrière. Malgré mes réflexions (Et Iop sait que je n'ai jamais été très douée pour ce genre de chose), aucune réponse ne me vient à l'esprit. Je vais appeler les autres pour que nous planchions là dessus.

Venez nous rejoindre sur le Forum ou sur le Site !

Membres affiliés à la guilde

0 membres


Dernière mise à jour de cette page par le 11/02/09 à 13:42 pm (validé par : Orion)

Revenir à la page du jeu Wakfu

JOL Guildes v1.1
Conditions générales d'utilisation - Signaler un contenu illicite
Copyright © 2017 JeuxOnLine, le site des MMORPG, MMO et MOBA. Tous droits réservés.